Sélectionner une page

La maîtrise des impacts environnementaux est au cœur du système de management environnemental. L’entreprise doit identifier les aspects environnementaux de ses activités, produits et services, et ceci de deux manières :

  • Moyens de maîtriser un impact environnemental
  • Moyens d’influencer un impact environnemental

Les exigences sont citées dans la norme ISO 14001 : 2004 au paragraphe 4.3.1. Les impacts environnementaux sont identifiés à travers une analyse environnementale : risque évalué par la fréquence et la gravité.

Les impacts dépassant le seuil de criticité, que vous aurez vous-même fixé, seront les aspects environnementaux significatifs. Ces derniers sont pris en compte dans votre SME (Système de Management Environnemental) dans le cadre de l’établissement de vos objectifs / cibles.

La méthodologie d’identification des aspects environnementaux peut s’appuyer sur les thèmes suivants :

  • Quels sont nos rejets dans l’air ?
  • Rejetons-nous dans l’eau ?
  • Quelles ressources naturelles ou matières premières consommons-nous ?
  • Sommes-nous énergivores ?
  • Émettons-nous de la chaleur, des radiations, des vibrations ?
  • Quelle est la nature et le volume de nos déchets (DIB, DEEE, papiers/cartons, …) ?

Dans la maîtrise comme dans l’influence, il faut s’appuyer sur l’organisation afin d’identifier les leviers d’action :

  • Changement de comportement : sensibilisation / compétences
  • Modification de méthodes de travail
  • Adaptation des moyens de production des produits / services

Des investissements sont souvent nécessaires quand on évoque les moyens de production car on se trouve alors dans des nouvelles technologies « moins polluantes ».

Pour les méthodes de travail, on aura besoin de faire des mesures, car nous le savons tous, il n’y a pas d’amélioration sans mesure. Des outils de mesure peuvent également nécessiter d’éventuels investissements.

Dans les travaux publics, l’organisation est orienté chantiers / projets. La maîtrise des coûts, des délais et de la qualité des livrables est un classique de cette gestion. Limiter la consommation du carburant des engins va passer par un comportement d’éco-conduite des conducteurs d’engins. L’impact est écologique mais pas seulement. Il est aussi économique : La maîtrise des coûts de carburants améliore la rentabilité du chantier.

Dans la gestion des bâtiments, on peut évoquer les contrats de maintenance / les contrat d’entretien. Leur rentabilité passe par l’optimisation des équipes d’intervention : organisation des tournées. Le carburant apparaît également comme un poste de coût à maîtriser. L’aspect « planification » des missions d’intervention est donc fondamental. Cela permettra de réduire les impacts « rejets dans l’air » mais également de rentabiliser les contrats par la maîtrise des coûts d’intervention.

On peut constater que les bonnes pratiques n’impactent pas seulement un thème. Maîtriser le carburant va agir sur l’aspect économique (réduction des coûts) et sur l’aspect écologique (réduction de l’impact environnemental).

L’harmonisation des normes de systèmes de management ISO 9001, ISO 14001, ISO 45001 « Systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail » (actuellement OHSAS 18001) va permettre aux entreprises de déployer leur SMI (Systèmes de Management Intégré) en prenant en compte naturellement plusieurs normes de systèmes de management. Cela sera pour fin 2015, début 2016. Encore un peu de patience.

Pour en savoir plus sur l’évolution des normes de systèmes de management, je vous invite à lire l’article suivant :

Révision des normes ISO 9001: 2015 et ISO 14001 :2015 

Revenons à nos impacts environnementaux.

Avez-vous pensé à un outil de géolocalisation dans votre entreprise ?

La géolocalisation va évidemment impacter vos méthodes de travail de l’entreprise. L’effet est double :

  • satisfaction des clients à travers l’efficience de l’organisation : planification, réalisation, contrôle / mesure
  • impacts environnementaux : rejets dans l’air, consommation de ressources naturelles, dans les deux exemples cités précédemment

L’outil de géolocalisation est souvent perçu comme un outil de « surveillance » du management. On pourrait dire la même chose pour un système de management qualité (ISO 9001), quand il s’agit de tracer les produits / services non conformes générés par l’entreprise.

Dans les deux cas, la réussite passe par un comportement exemplaire des managers. Tout outil peut être détourné de sa finalité « positive » qu’est l’amélioration continue.

Quels sont vos retours d’expérience dans l’utilisation de la géolocalisation ?

Recevez gratuitement mon livre pour économiser du temps et gagner en efficacité

Dites-moi simplement à quelle adresse mail je dois vous l'envoyer.

Merci! Vous allez recevoir un mail. :-)

Pin It on Pinterest